Dans la vie du tout-petit, une étape particulièrement importante va marquer ses débuts dans le monde des grands : la diversification alimentaire. En effet, l’introduction des aliments autres que le lait intervient à partir des 4 ou 5 mois révolus de votre bébé. Il s’agit là d’une étape décisive où parents et enfant ont un rôle à jouer afin de permettre à ce dernier de grandir et d’acquérir de nouvelles habitudes alimentaires.

  • Quel aliment est-il préférable d’introduire en premier dans le repas de bébé ?
  • Faut-il privilégier les aliments crus ou cuits ?
  • Peut-on commencer la diversification à l’aide d’une cuillère ou est-il préférable d’utiliser un biberon ?
  • Nous vous répondons dans cet article !

La première alimentation du nourrisson

De la naissance aux quatre ou cinq mois du bébé, comme vous le savez sans doute, les parents nourrissent leur enfant avec du lait exclusivement. Lait maternel issu de l’allaitement ou lait infantile donné au biberon, ce type d’alimentation permet aux bébés et nourrissons de répondre à leurs besoins nutritionnels durant leurs premiers mois de vie.

Par ailleurs, sachez que durant cette période, l’allaitement maternel (allaitement exclusif ou mixte) est vivement recommandé par les pédiatres et les professionnels de la petite enfance. Si la maman ne peut pas ou ne souhaite pas allaiter son enfant, il est possible de trouver dans les pharmacies et les grandes surfaces des laits infantiles premier âge adaptés.

Une fois que ces premiers mois de vie sont révolus, un nouveau type d’alimentation va pouvoir être installé : l’introduction de fruits, de légumes, de féculents, de légumineuses et de viandes. Une étape cruciale et nécessaire puisqu’à partir de six mois, le lait ne suffit plus pour répondre aux besoins nutritionnels grandissants de bébé.

Voyons donc ensemble quelques conseils adressés à chaque parent pour l’aider à réussir dans ce nouveau cap éducatif que constitue la diversification alimentaire. 

Quel âge marque le début de la diversification pour bébés ?

Sachez tout d’abord que la diversification alimentaire peut démarrer à partir des quatre mois de l’enfant (introduction précoce) et avant ses six mois révolus.

Généralement, votre pédiatre vous conseillera d’introduire en priorité les légumes cuits. Pour cela, il est préférable d’introduire les légumes les uns après les autres. Commencez par exemple par proposer à votre enfant une purée lisse de pomme-de-terre. Lorsqu’il se sera familiarisé à la texture et à ces nouvelles saveurs, vous pourrez alors lui proposer une purée de carottes par exemple. La purée de légumes pourra ensuite contenir différents légumes au fil des semaines : petits-pois, haricots, blancs de poireaux, épinards, patate douce, courgette, brocolis, courge… Généralement, tous ces légumes sont faciles à digérer.

En parallèle, après avoir introduit quelques purées de légumes en petites quantités, vous pourrez proposer à votre bébé des fruits. Ceux-ci peuvent être cuits, pour introduire la compote de pommes par exemple, ou crus mais bien mûrs, comme la banane ou le kiwi. Pour préparer des compotes de fruits cuits, rien de plus simple : cuisez quelques fruits avec une ou deux cuillères à soupe d’eau puis, au bout de quelques minutes de cuisson, mixez le tout.

En proposant à votre enfant de la purée de légumes et de la compote mixée ou des fruits mûrs écrasés, vous l’ouvrez à un nouveau monde : celui des saveurs si riches de certains aliments comme les fruits et légumes. 

N’ayez pas peur également d’introduire des légumineuses telles que les lentilles ou les pois chiches, de même pour les féculents tels que les pâtes ou le riz, en quantité limitée, bien évidemment. En ce qui concerne les viandes, vous pourrez les introduire sans tarder également.

Enfin, n’oubliez pas que votre enfant a toujours besoin de son apport quotidien en lait et en laitages. Biberon de lait et/ou tétée doivent rester une des bases de son alimentation. En plus de cela, yaourt (sans sucre), fromage et autres laitages pourront être introduits au fil des semaines et des mois. Par ailleurs, vers l’âge de 10 à 12 mois, votre enfant pourra passer au lait de croissance si vous le souhaitez.

Pour aider bébé à acquérir la mastication et à découvrir les plaisirs des aliments, il est possible de lui proposer de temps à autre des biscuits adaptés à son âge et de façon limitée.

Quelques précautions à prendre pour l’alimentation de bébé

Pour permettre à la diversification alimentaire de se dérouler dans de bonnes conditions, quelques précautions sont à prévoir.

Tout d’abord, du point de vue des allergies, il est recommandé d’introduire chaque aliment. Et ce, même si le risque allergique est présent, en raison notamment de personnes allergiques dans l’entourage proche (parents, fratrie). Les risques d’allergies alimentaires, au gluten ou aux produits laitiers (protéines de lait de vache dans les laitages par exemple), ne doivent aucunement vous freiner dans votre programme de diversification alimentaire et d’introduction de nouveaux aliments.

D’autre part, veillez à ce que les besoins nutritionnels de votre enfant soient fournis dans les préparations que vous lui proposez. Acides gras essentiels (matières grasses), lipides, nutriments, calcium, vitamines et fer constituent certains des besoins de votre bébé. N’hésitez pas à ajouter de temps à autre des acides gras à son alimentation, comme de l’huile de colza, d’olive ou d’arachide. Sachez d’ailleurs que de nombreux petits pots vendus dans le commerce ne contiennent pas de graisse. À vous donc, d’en ajouter, ainsi que dans vos plats faits maison. Il est également possible d’introduire une noisette de beurre dans ses purées.

De plus, concernant le mode d’introduction des aliments solides tels que les fruits et légumes, sachez que plusieurs possibilités vous sont offertes. Il est recommandé de proposer au tout début des purées et comportes lisses, bien mixées puis, progressivement, de proposer des purées ou compotes moulinées et mixées (moins lisses) que lui servez à la cuillère. Il est également possible d’introduire la purée de légumes dans les biberons de l’enfant s’il le souhaite. Puis, au fil des mois, un repas constitué de petits morceaux de légume ou de viande est tout à fait envisageable.

En plus de cette alimentation très proche de la nôtre, vous pourrez compléter avec quelques céréales infantiles à insérer dans son biberon ou ses préparations pour bébé s’il a bon appétit et n’est pas suffisamment rassasié.

Enfin, pour aider bébé à rester bien hydraté au fil de la journée, l’eau est le seul liquide indispensable à sa bonne santé. Cependant, vous pouvez lui proposer à certaines occasions (et non à chaque repas) des jus de fruits peu sucrés voire non sucrés.

Vous l’aurez compris, la diversification alimentaire nécessite parfois quelques ajustements de la part des mamans et des papas afin d’introduire la nourriture solide dans l’assiette de leurs enfants. Mais n’ayez aucune crainte, vous saurez, au fil des semaines, alterner avec succès petit pot, nouvel aliment, tétées, laitage… et ainsi, diversifier son alimentation tout en préservant son système digestif et en maintenant une certaine quantité de lait au quotidien.